mercredi 8 mars 2017

VAN GOGH. Paysages mystiques et céleste monnaie.

Van Gogh, l'argent, l'or, le cuivre, la couleur.
Editions Blusson, 2011.

"Dans tout il y a maintenant du vieil or, du bronze, du cuivre, dirait-on, et cela avec l'azur vert du ciel chauffé à blanc, cela donne une couleur délicieuse…".
(Vincent Van Gogh)

Tout au long de sa vie - des paysages de sa jeunesse, des tourbières et sombres contrées du Borinage jusqu'au flamboiement solaire des paysages provençaux et du fameux Champ de blé aux corbeaux de la période d'Auvers (1890), Van Gogh n'a cessé d'entretenir avec la nature un lien viscéral.

Or solaire, reflets argentés des oliviers de Saint-Rémy, cuivre et bronze des champs cuits et recuits dans la fournaise de midi, explosion de la couleur à pleins tubes et forts contrastes - cette relation à la nature s'avère profondément mystique. Alchimique et religieuse.

ALCHIMIQUE, car il s'agit bien pour lui d'une transmutation de la glèbe, des végétaux, des éléments et de son propre travail (physique et quotidien) en un matériau qu'il identifie au soleil, celui-ci étant entendu comme un "Louis d'or", comme cette " céleste monnaie" dont parle Bossuet.

On l'ignore souvent, mais le peintre (partagé entre la foi protestante de son enfance et certains accents moins austères du catholicisme) avait lu Bossuet et demeurait écartelé entre deux visions de la religion. Ce qui explique les références qu'il effectue en direction des deux métaphores du "rayon noir" et du "rayon blanc", ces deux faces de la mystique.

Les paysages de Van Gogh - cyprès, "Nuits étoilées", "vignes rouges" et champs de blés, meules roussies, soleils couchants orgiaques, moissons dorées - tout cela participe de la sublimation de nature alchimique (tout transformer en or) qui hante celui qui se présente comme un "ouvrier du Christ", un "moissonneur…

La métaphore (toute métaphore - Antonin Artaud nous l'a rappelé - est toujours beaucoup plus qu'une "métaphore" ; elle entame la réalité) est, chez van Gogh, délibérément monétaire, liée à la richesse picturale (or, argent, cuivre, bronze, etc.) qu'engrange son travail. Dieu est conçu comme de l'or pur ; ses dons et récompenses s'apparentent à la "céleste monnaie" qu'évoque Bossuet. - Il s'agit donc bien d'une forme de "mystique monétaire".

C'est cela que nous montrons dans notre ouvrage - qui avait fait l'objet de conférences, en 2010, au Musée d'Orsay. Cette interprétation picturale (car c'est bien de peinture qu'il est question et d'art) peut surprendre, provoquer quelque résistance. Elle n'en reste pas moins de l'ordre de l'évidence.

L'analyse des écrits et lettres de Van Gogh, l'interprétation aussi qu'Antonin Artaud fournira de l'œuvre du peintre d'Arles dans son son Van Gogh le suicidé de la société, en témoignent. Les tourbillons de la Nuit étoilée (1889) entraînent le petit train de Vincent van Gogh bien au delà des étoiles.

"Tout l'or de Van Gogh"

Fagus, une lecture

Conférences au Musée d'Orsay

Le Livre. Table des matières

dimanche 26 février 2017

DE VINCI à CY TWOMBLY.

Cy Twombly, III Notes for Salalah (note I), 2005-2007,
© Cy Twombly.

"On travaille sans sentir qu'on travaille, lorsque quelquefois les touches viennent avec une suite et des rapports entre eux comme les mots dans un discours ou dans une lettre." (Vincent Van Gogh).

Exposition CY TWOMBLY
au Centre Georges Pompidou, Paris,
jusqu'au 24 avril 2017.


En contrepoint à la superbe rétrospective Cy Twombly au Centre Pompidou, je reviens sur la présence de notre peintre dans l'ouvrage que je consacre aux relations d'Artaud et de van Gogh (CINÉ ROMAN, CINÉ PEINTURE, Blusson, 2014).

De Vinci à Cy Twombly - en passant par van Gogh, Camille Flammarion (Les Étoiles et les curiosités du ciel, 1881), Antonin Artaud, Jackson Pollock et Gilles Deleuze - se déploient des tourbillons, des rhizomes, des boucles, des ellipses et des tracés.

Les lettres, les chiffres, les gribouillages et graffitis. Les circonvolutions de La nuit étoilée, les hachures et les bâtons faussement droits des écritures et des graphismes commençants.

Au coeur de cette aventure et de ce CINÉ-ROMAN, on trouve (comme PERSONNAGES et acteurs de l'histoire) Gilles Deleuze et Cy Twombly, peintre américain (1928-2011) qui est là sur scène, avec ses toiles, ses calques et ses pinceaux ; ses crayons à la cire, ses écritures et ses signes.

Cette aventure s'inscrit (de manière consciente ou inconsciente, savante ou "de rencontre") dans le sillage des coulures et méandres du Vinci, des grilles et hachures des dessins de van Gogh, des boucles et des graffiti des Cahiers d'Artaud-Momo.

Car dans la grande aventure de l'art - comme l'écrivait si justement Picasso -, l'artiste c'est le "petit bonhomme" qui toujours revient… et revient. — Pour le plaisir des yeux, des gestes et la sarabande endiablée où nous entraînent les tempêtes et "toccatas" graphiques des arts naissants. Lesquels se perpétuent et se transforment au fil du temps. Toujours semblables. Et toujours différents.

Livre Artaud Van Gogh, ciné-roman, ciné-peinture.

Site de Cy Twombly

Antonin Artaud, Vincent Van Gogh,
Ciné-roman, Ciné-peinture, ed. Blusson, 2014.

jeudi 16 février 2017

Une Histoire de l'Art Vidéo.

Arts et nouvelles technologies. Art vidéo. Art numérique.
(Larousse). Couverture de l’édition de 2011 (détail).

L’invention de la caméra vidéo, liée à un mode de diffusion et de retransmission de l'image enregistrée de manière quasi immédiate (avec un très léger différé) a favorisé l’apparition d’œuvres décalées, ludiques et très efficaces. L’image pouvait désormais être visionnée rapidement, quasi instantanément. Tout en étant fragmentée, disjointe, répétée, décalée, indéfiniment surajoutée à elle-même.

C’est au cœur de cet « infra-mince à la Duchamp» de cet (in)saisissable écart entre l’enregistré et le retransmis, que se sont engouffrés, au tout début des années 1970 un certain nombre d’artistes comme Bruce Nauman (qui ouvre le bal dès 1968 avec ses fameux « corridors-vidéo"; Performance Corridor date de cette année-là), Joan Jonas (Côté gauche/Côté droit, 1972) Peter Campus (*) ou Dan Graham (qui produira nombre d’installations très sophistiquées.

Arts et nouvelles technologies retrace (par le texte et PAR l’IMAGE) l’histoire de ces dispositifs et ces installations vidéo qui conduisent les artistes à un nouveau type de représentation de soi. – « Je me voyais me voir… », comme l’écrivait Paul Valéry dans La Jeune Parque, et comme le remarquera encore une bande dessinée consacrée à Dan Graham :

La Vidéo, « c’est comme le « passé immédiat » que décrit Walter Benjamin. C‘est une sorte une sorte de miroir qui reflète l’inconscient du sujet. – Je me regardais parler… je me regardais parler… (Dan Graham)

Joseph Beuys, Nam June Paik, Vito Acconci, Bruce Nauman, Peter Campus, Joan Jonas, Marina Abramovic, Gary Hill, Dan Graham et bien d’autres artistes jouent avec leur image, tout en perturbant celle du spectateur de leur œuvre.

Toute une histoire de la représentation corporelle défile ainsi, étayée par un texte dont le but est de décrire précisément les jeux et enjeux de ce monde là qui est celui des images, des gestes, des intentions narcissiques et farfelues des uns et des autres.

*Peter Campus : Le Musée du Jeu de Paume lui consacre aujourd’hui une efficace rétrospective, "Video ergo sum". Commissariat d'Anne-Marie Duguet. Exposition du 14 fév. 2017 au 28 mai 2017. - J'y reviendrai…

Extrait du livre :

"Le champ ici étudié (art vidéo, art par ordinateur, installations multimédias, imagerie numérique, mondes virtuels et interactivité, cd-roms d’artistes, réseaux et art sur le net) nous fera traverser l’ensemble des technologies de pointe qui ont marqué le développement de la seconde moitié du XXe siècle, l’art vidéo étant apparu dans les années 1960 et l’art par ordinateur (plus tard suivi de l’image 3D) dans le courant des années 1970. Mais c’est aussi tout un pan de l’histoire de l’art de l’après-Seconde Guerre mondiale que nous rencontrerons. Avec, en particulier, l’invention du happening, de la performance et la mise au point de l’installation. Ces diverses structures marquent, en effet, fortement l’art vidéo et s’imposent aujourd’hui de plus en plus dans les arts multimédias.

Art vidéo et art par ordinateur proviennent de deux techniques distinctes et se sont d’abord développés de manière indépendante. Ils ont cependant très vite été amenés à fusionner ou se compléter. D’où la multiplication, à partir du début des années 1990, de productions hybrides, constituées d’images issues de sources diverses (analogiques, digitales) et dont on ne sait plus toujours (à l’arrivée) quelle est la provenance exacte.

La lisière est de plus en plus mouvante entre les différents arts — peinture, sculpture, installation, photographie, performance, etc. Ceux-ci viennent se frotter et se nourrir en permanence aux nouvelles technologies. Ces modifications structurelles ont été accompagnées d’une redéfinition du concept même d’art, celui-ci pouvant s’annihiler jusqu’à « rejoindre la vie », se transformer en art sociologique ou bien emprunter les chemins de la contestation et de la lutte politique". Florence de Mèredieu (extrait, p. 12-13).

Joan Jonas, Côté gauche et Côté droit, 1972 (6 vues) DR.

mercredi 1 février 2017

CY TWOMBLY. L'enfance de l'art.

Vue d'exposition (Photo, FDM, 2017).

Exposition au Centre Pompidou
du 30 novembre 2016 au 24 avril 2017

Magnifique rétrospective de l'œuvre de cet artiste américain (1928-2011), peu connu du grand public mais dont l'œuvre (peinture, sculpture, collage, dessin) est de première importance. - Formé aux États-Unis durant la grande période de l'expressionnisme abstrait et de l'action painting des années 1950, son œuvre singulière porte aussi la marque (décalée) du pop art américain des années 1960.

Sa rencontre, dès 1950, avec Robert Rauschenberg fut assurément décisive. Ils firent ensemble en 1952 une sorte de voyage initiatique en Europe et en Afrique du Nord. La culture méditerranéenne ancestrale deviendra pour lui une source d'inspiration constante. Il en apprécie les mythes et les paysages.

Son mariage "italien" l'amènera à se fixer à Rome en 1960. Sa fréquentation des îles grecques, de l'Egypte, de la Sicile, de la Turquie augure bientôt toute une série de voyages qui auront de profondes résonances dans son œuvre.

Ces influences se manifestent par un sens aigu des lignes, des formes et des signes naissants, "apparaissants". - Ecritures. Traces. Effacements et déplacements de ces traces, de ces signes, de ces écritures qui se trouvent associés à des fragments de papiers collés, des gribouillages, des tourbillons, des traits et de menues touches de couleurs.

Cy Twombly se situe au plus près de l'émergence des formes et des signes de la peinture, du dessin, de l'art commençant… Nombre de ses dessins s'apparenteraient ainsi aux tout premiers gribouillis que tracent les enfants.

Ces tracés fréquemment effectués par des bambins d'âge pré-scolaire ou de maternelle sont - de fait - complexes. Chaque enfant possède son propre "style" de gribouillis. Plus ou moins dilaté ou resserré. Plus ou moins "chiffonné". Les gribouillis correspondent au départ au simple développement d'un pur geste moteur. C'est la rencontre fortuite d'un crayon (ou d'une craie) avec le papier qui produit alors le signe graphique. Peu à peu vont se mettre en place le contrôle des points de départ et d'arrivée et la maîtrise du détail.

Lorsque l'enfant découvre qu'il peut jouer de son crayon et maîtriser le graphisme qu'il produit, il s'amuse, lance ou freine son geste, procédant ainsi à des sortes de virgules répétitives ou de formes diverses (rondes, carrées, ovales ; ouvertes ou fermées, etc.).

L'art de Cy Twombly et les expressions enfantines ne se confondent certes pas. Elles ne se recouvrent aucunement. Mais dans les deux cas, on a bien affaire à un jeu : avec le support, le crayon, l'espace et le geste. - Tracées à la cire blanche sur des fonds gris, les boucles et circonvolutions de Cy Twombly retournent ainsi aux sources. Du dessin et de l'écriture.

Cy Twombly se meut avec aisance au cœur d'un monde très archaïque, toutes les civilisations ayant connu ces balbutiements du geste, du dessin, de l'écriture…

Un monde se développe ainsi - fragile, remuant. Et d'une infinie diversité. Tout y est dans la nuance, la subtilité, le léger déplacement des lignes et des couleurs.

Spirales, explosions, scarifications. Disjonctions, entrecroisements, éloignements. Taches, touches, hachures, jets. Agglomérats, coulures, grisailles. - On n'en finirait plus d'énumérer les vertus de ces paysages, de ces toiles, dépliées elles-mêmes en diptyques, triptyques ou assemblages. Isolées ou réunies. Abstraites presque ou flirtant avec la représentation.

Cy Twombly invente et réinvente les mondes. Affine nos perceptions.

Goûtons sa peinture. Parcourons ses dessins. Englobons (de l'œil et de la main) la sensualité de ses sculptures blanches… minimales et si poétiques.

L'exposition au Centre Pompidou

Le dessin d'enfant

Vue d'exposition (Photo, FDM, 2017).

mardi 31 janvier 2017

Passport of ARTAUD and Post Cards.

Passport of Artaud,
in Antonin Artaud Voyages, 1992, pp.145-146.

The auction room of Compiègne has just spread a set of photos, books, letters, postcards, manuscripts and Antonin Artaud's diverse documents "resulting from his family".

Among all of the proposed documents, the set of 57 original postcards of ARTAUD (front and reverse), sent to his family, and HIS ENTIRE passport was published BY US in FACSIMILE in a BOOK in 1992 (Antonin Artaud Voyages, Published BLUSSON, 190 pages among which a consequent set of illustrations in black and white).This book redraws by the menu the progress and the history of this passport, since his emission in 1935, with the prospect of its Mexican journey. The same "ID card" will follow him then in Ireland.

"It is necessary (so for example) to note this administrative white on the passport, this absence of buffer or stamp indicating the return of Artaud of Ireland up to French earth. The process of the internment so makes slide the body and the character of the citizen Artaud in a kind of administrative no-man's-land. Everything takes place as if had never come back from Ireland … mythical earth where he abandoned a part of his identity." (Florence de Mèredieu, Antonin Artaud Voyages, pp. 117-118, 1992)

Sent to his father, her mother, her sister Marie-Ange, her niece Ghislaine Malausséna or to his brother Fernand, the postcards of this corpus are spread out from 1915 till 1937. They inform us about the menus events of the life of the poet, on his humor and " give to see " these landscapes and these parts of the country (Algeria, Berlin, Brussels, Mexico, Ireland, etc.) where the eyes of Artaud settled… For a time…

These documents were minutely transcribed, referenced and annotated by us (in 1992), then added to a study of set, historic, poetic and metaphysical nature, concerning the theme of the journey, the postcard and the IDENTITY. This work constitutes (as regards Artaud) the reference book on the question.

Some copies of this book - become rare - remain available at the publisher and at some good booksellers.

Antonin Artaud, Voyages (Blusson)

Table of contents

Sale of Compiègne the 28/01/2017

Antonin Artaud, "Voyages",
One of the "57 Post Cards", Blois 1930.

dimanche 29 janvier 2017

Passeport d'ARTAUD et Cartes. FAC-SIMILÉ intégral (Blusson).

Le Passeport d'Artaud, In Antonin Artaud, Voyages,
Editions Blusson, 1992, pp.145-146.

La Salle des ventes de Compiègne vient de disséminer un ensemble de photographies, livres, lettres, cartes postales, manuscrits et documents divers d'Antonin Artaud "provenant de sa famille".

Parmi la totalité des documents proposés, l'ensemble des 57 cartes postales autographes d'ARTAUD (recto et verso), adressées à sa famille, et l'INTEGRALITÉ de son passeport ont été publiées PAR NOUS en FAC-SIMILÉ dans un LIVRE en 1992 (Antonin Artaud Voyages, Editions BLUSSON, 190 pages dont un ensemble conséquent d'illustrations en noir et blanc).

Ce livre retrace par le menu le cheminement et l'histoire de ce passeport, depuis son émission en 1935, dans la perspective de son voyage mexicain. Cette même "pièce d'identité" le suivra ensuite en Irlande.

"Il faut (ainsi- par exemple) noter ce blanc administratif sur le passeport, cette absence de tampon ou de cachet signalant le retour d'Artaud d'Irlande jusqu'en terre française. Le processus de l'internement fait ainsi glisser le corps et le personnage du citoyen Artaud dans une sorte de no man's land administratif. Tout se passe comme s'il n'était jamais revenu d'Irlande… terre mythique où il a abandonné une partie de son identité." (F de M, Antonin Artaud Voyages, pp. 117-118, 1992)

Adressées à son père, sa mère, sa sœur Marie-Ange, sa nièce Ghislaine Malausséna ou à son frère Fernand, les cartes postales de ce corpus s'échelonnent de 1915 à 1937. Elles nous renseignent sur les menus évènements de la vie du poète, sur son humeur et "donnent à voir" ces paysages et ces contrées (L'Algérie, Berlin, Bruxelles, le Mexique, l'Irlande, etc.) sur lesquels ses yeux se sont un temps attardés…

Ces documents furent minutieusement transcrits, référencés et annotés par nous (en 1992), puis adjoints à une étude d'ensemble, de nature historique, poétique et métaphysique, portant sur la thématique du voyage, de la carte postale et de l'IDENTITÉ dans la vie et l'œuvre du poète. Cet ouvrage constitue (pour ce qui concerne Artaud) l'ouvrage de RÉFÉRENCE sur la question.

Quelques exemplaires de cet ouvrage - devenu rare - demeurent disponibles chez l'éditeur et chez quelques bons libraires.

Antonin Artaud, Voyages (Blusson)

Table des matières

Vente de Compiègne du 28/01/2017

Antonin Artaud, "Voyages",
Une des "57 cartes postales", Berlin 1930.

dimanche 1 janvier 2017

À l'aube de 2017.

"Le Laveur de vitres". Photo ©FDM, 2016.